Portée par le vent…

Ô

 

 

 

Qu’ils dansent curieusement les nuages ce soir…

Presser comme le destin…

Mais lourd comme si ils étaient trop plein de nostalgie…

En moi…Les musiques sont aussi langoureuse …

aussi belles et intense que « les airs d’amour brisés  qui ne meurent jamais » d’Aznavour…

Ma musique est aussi suave que cette étrange mutation des tache grisâtre qui habillent un ciel déja si noir…

Un ciel qui nous isolent chacun dans un petit espace …

Ne laissant presque rien voir au bout de l’obscurité…

Malgré les lampadaire qui vacilles aussi inquiet que les quelques flâneurs…

Presque de quoi rendre claustrophobe…


On ne sait trop pourquoi cette lourdeur du temps…

Ce n’est sans doute que les effluves de Novembre qui s’impose…

Novembre qui revendique le droit d’être……

Novembre qui s’incruste bien malgré nous…

Créant ce besoin intense de chaleur…


Mes yeux s’accrochent irrésistiblement au mouvement de l’eau que je distingue a peine dans la pénombre..

Mon cœur aussi s’y accroche…

Comme pour un adieu avant que les glaces de l’hiver ne viennent  soustraire ses vagues dansantes a mon regard…


Des vagues presque fantomatique…fluide et suaves..dansantes comme des corps amourachés..

Des vagues aussi fluides que le vent qui les animent..

Des vagues comme si elles étaient née en moi pour se dessiner devant mes yeux….


Des vagues nommés désir…

Chacune des vagues frappant la berges a un rythme cadencé…

Dessine et devine mes états d’âme….


Elles prennent formes…


Des vagues a fleur de peau…


Dessinant goute a goutte les contours de tout cette tempête en moi…


Et je me sent perdre pieds …

Enfin..


I lose control…


Je sent mon âme glisser …elle glisse en l’eau vivante pour m’envahir …


Jusqu’a ce que  je ne soit plus qu’Ô….


Jusqu’a ce que je ne soit plus que désir…

Le point de non retour…


Ce grand vent en moi qui s’amalgame…

au vagues chaudes glissant sur la peau ….

Créant le raz-de marée attendu…


En fermant un peu les yeux….. je divague…

Je divague… les vagues de la chaleur de ton corps…

Les vagues de la douceur de ta peau…

La  vagues scintillante prisonnière au fond de tes yeux…


Je ne demande qu’a m’y noyer..qu’a y perdre mon âme…

Et c’est…


Le vague a l’âme….


J’y ferai escale…

J’y profanerai tes silences…

J’irai te boire a la source…juste la …au fond de tes yeux…

Et de mes transparences…

je te  prendrai tes secrets espoirs…

tes rêves et tes fantasmes…

Je les ferai notre…


Et je te laisserai profané mes désirs secrets…

Je t’en ferai le don…

Ce soir je nage en tes Ô….

Mon Am-our…

Si tu glisses en ces mêmes eaux …

si tout en toi s’appelle désir…

Nage vers moi…

Laisse toi porter par la vague …

Jusque dans les profondeurs de nos amours…

Et alors de nos amours…..nous ne sombrerons pas comme des navires perdus  en  Novembre et sa grisaille…..

Nous renaitrons de la chaleur de nos amours…

 

 

 

Sorcière

3 Réponses

  1. Kleaude

    Wow! Fabuleux texte… émouvant..prenant..comme une vague de fond… mais toute douce en surface… une onde de douceur…

    Ta poésie est limpide… comme l’eau de la rivière en novembre…

    J’aime quand tu parles de profaner les silences de l’autre… de s’abandonner alors qu’on sent le point de non retour tout près…

    Une belle poésie d’amour que tu nous proposes.. C’est beau..suave..romantique…

    Et cette image des nuages qui filtrent le ciel de novembre..

    Et tes images et photos que tu as choisies si judicieusement….

    Sincèrement…xxx

    20 novembre 2010 à 6:19

  2. Francine Roy

    Bonjour Sorcière, quel plaisir de reconnaitre mes étât d’âme entre les lignes de tes écrits…
    Dur dur ce mois de novembre… J’ai sorti ma bouteille de vitamine D bien en vue sur le comptoir de la cuisine afin de m’assurer d’en prendre une tous les jours… (sourire) Hier matin je me suis rendu au travail sur une chaussée verglassée Ouff! Et la pluie qui a durée toute la journée et qui tombe encore ce matin n’empêche pas les gens de courir les emplêtes de Noël… Je travaille comme caissière dans un grand magasin et j’ai des grosses journées ces temps-ci… Ce matin en ouvrant ma boîte courriel il y avait 33 messages (rire) de nouveaux articles publiés par les ami(e)s… J’ai le coeur gros de ne pouvoir les visiter tous… Il y a ma table d’atelier qui m’attends… Elle m’invite…
    Merci pour tes passages, tes mots…

    Amitié Tendresse

    Francine xoxo

    23 novembre 2010 à 7:20

  3. fabuleuse lecture qu’ici
    on se laisse emporter par tes mots diane
    et la douceurs de ta musique sur ton blog
    agit avec la magie de tes lettres si bien posées
    bisous et belle semaine

    30 novembre 2010 à 2:41

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s