Portée par le vent…

La Chanteuse.

20080328_microphone

 

La Chanteuse.

shania twain 62

Sur la scène régnait l’obscurité mouvante qu’on sentait habité et même effervescente.
Les spectateurs s’impatientaient depuis si longtemps que l’on craignait que n’arrive jamais la star attendue…
L’inquiétude frayait avec la fébrilité.

Puis contre toute attente , arriva ce que l’on attendait depuis déjà d’interminables minutes.
Exactement  comme un premier rayon de soleil encore fragile …
naissant sur une journée encore remplie de ses mystères.
Un rayon de lumière , attendu et espérer , viens enfin éclairé le centre de la scène ,
Aussi soudainement et mystérieusement qu’une apparition  divine.

Elle apparait belle comme un péché.
Les courbe harmonieuses  de son corps faisait rêver tout les mâles de l’assistance.
Sa beauté faisait pâlir d’envie toutes les femmes qui pour un  très court instant accepte vaincu  de s’éclipsé auprès de leurs mari.

La chanteuse  prend tout l’espace.
Offerte et distante tout a la fois.
A l’allure presque fragile …
et paradoxalement consciente de sa toute puissance dans un même souffle.
Exactement comme l’amante désabusée dans les bras d’un amant asservi.

L’orchestre dans l’ombre ,
attendait le signal pour entamer la pièce ,
qui porterait la voix de la chanteuse ,
sans aucun écart de conduite ,
les instruments , sagement serait soumis à l’inspiration de celle qu’on était venu adulée.

Son corps immobile semblait en attente .
Elle avait la grâce et la féminité émouvante  d’un tableau de Frederick Leigthon…
Et la sensualité exacerbée des putains de la haute.
Mais dans son regard ,trop de tendresse pour ne pas s’en  émouvoir.

Des yeux de poupées ,
et un regard mélancolique et en mal d’amour qui semblait implorés le ciel.

Sa longue chevelure sauvage venait trainer au bas de son dos , que la robe  échancrée dénudait jusqu’a la courbe de ses reins.
Le tissus vaporeux couvrait la fine silhouette .
La robe fendue laissait émergée des jambes interminables , prolongés de talons aiguilles vertigineux.

Dans ses mains jointes comme pour une prière ,
La chanteuse  tenait  presque indécemment  un micro comme si il avait été l’objet de tous ses désirs.
Elle le serrait devant un décolleté qui attirait sans aucun doute tous les regards.

Sa bouche tremblante rougeoyait sous les projecteur qu’on aurait dit avides .

L’assistance restait accrochée par un fil imperceptible à la chanteuse ,
Comme une proie captive dans les fils tissés par l’araignée tueuse .

Enfin la salle se remplissait de sa voix suave…langoureuse ..qui savamment , sois , s’élevait  jusqu’au poutre de l’amphithéâtre , sois se trainait langoureusement sur les planche usées de la scène  .
Tout pour a coup sur conquérir le publique , qui avait payer le prix fort pour venir voir et entendre la sublime légende .
Et elle , en  toute âme et conscience le leurs rendait au centuple ,  dépassant les attentes de ceux qui l’adulaient et à qui elle était plus que reconnaissante.

Sa voix un peu rauque se trainait.
Le publique  lui ,  jubilait .

Dans l’assistance il était la.

Immobile…

hypnotisé.

Il la regardait remplie d’admiration.
Enfin…on aurait pu le penser.

Mais c’était bien plus que ça…

Son regard a lui était chargé d’amour.
Pas seulement groupie ,
mais amoureux fou….

Tous les spectateurs sont touchés par les  larmes qui brillent sur les joues rougit de la chanteuse.
Qui expire sur l’amour déchu de sa chanson.

Mais lui seul , qui en exil ,  loin de celle qui trône sur la scène , anonyme dans les gradins parmi cet adulation qui ombrage son amour . Lui seul connait la profondeur de ses larmes déversées.

Mais il n’aura jamais compris pourquoi elle aura préféré ce publique anonyme a leur amour.

Habitué d’être dans l’ombre et dans le secret,
il se leva  dans l’obscurité de l’amphithéâtre et sur la dernière note que son amante dans une gestuelle théâtrale maintenait , la voix tremblante  ,presque cassée …il sorti de la salle et de sa vie tout a la fois.
Et sur lui se referma sans fracas la lourde porte de la salle .

Derriere elle il disparu brisé et aussi fragile que la voix de la chanteuse qui se noie dans une vagues submergantes d’applaudissements .

Triste et sombre ironie…..

Sara_Evans_6

Sorcière

 

6 Réponses

  1. Oh wow! Du grand Sorcière! Je suis impressionné de la sensualité féminine si bien décrite par une femme. Tu as un judicieux oeil artistique voyeur…Tu es assurément une redoutable séductrice…;-) Et que dire encore de ta faculté de mise en scène… On lit et on voit si bien qu’on croirait y être. On ressent l’ambiance, on voit les lieux… C’est fort!
    Et telle la rusée auteure que ut es tu piques judicieusement notre curiosité… tu nous laisses sur notre appétît. Y aura-t-il une suite? La table est mise…. On en redemande…. Je suis déjà accro à tes personnages….
    Et encore une fois, tu as su dénicher des illustrations sublîmes..si de circonstances qui complètent si bien le portrait…

    Sincèrement
    Kleaude xxxx

    7 novembre 2012 à 8:30

  2. WOW ….Je suis épatée …abasourdie ….
    Tu as su admirablement camper le personnage …
    Je me suis transportée au milieu de ces films de ces années Cabaret, où ces divas comme celle que tu décris, habitait la scène de toute leur sensualité …
    Je la vois ….je l’entends ( bien sûr : ton choix si opportun comme toujours ) … peut-être le départ de ton inspiration ….?
    Les images sont sublimes ….tellement à propos

    Quoi qu’il en soit …..C’est Génial …..avec un grand G…..

    Bravo ….
    Tendresse
    Manouchka

    7 novembre 2012 à 8:52

  3. C’est superbe !

    L’attention de lecteur monte, d’abord doucement, puis de plus en plus crecendo….l’action se noue, le drame…toute une une trame romanesque en peu de mots.

    C’est beau, et l’on y croit

    8 novembre 2012 à 1:23

  4. The beutiful…..
    😉

    10 novembre 2012 à 4:31

  5. wow ! que c’est beau ici , les images sont superbes tellement vrai cette capacité de mettre en scène que tu as , j’ai lu un peu comme si tu m’avais emporter dans un rêve…
    Il y a très longtemps .
    comme les personnages des romans m’invitent dans leur monde pour quelques instants.
    Je m’y fais voyeuse .
    Je suis une lectrice qui rit et pleure avec les personnages de ses romans et quand le rideau tombe qui les quittent difficilement .
    bravo Diane .
    Jeanne
    xxx

    15 novembre 2012 à 9:23

  6. Ton écriture Diane est trop belle !!!!
    bisous et bon jeudi à toi

    6 décembre 2012 à 2:35

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s