Portée par le vent…

Une histoire …ordinaire (3)

Musique S.V.P. (indispensable a l’ambiance)

Tous , autant que nous sommes à errer sur cette terre.
Tous , Une ligne après l’autres , on dessine sa vie.
On se crois en contrôle.
On poursuis nos rêves.
Pour la plus part ils sont nobles…ou a tout le moins légitime , alors on se dit , comment se tromper ?
Alors on essaie d’y croire .

L’amour en est toujours le fondement…. quoi qu’on en dise..
Qu’on le prenne ou qu’on le rejette…toujours on compose avec lui.

On trace nos lignes sur le grand papier presque blanc de sa vie.
Des lignes étudier , calculer , pour certains.
Ou des lignes spontanées , instinctives pour d’autres.
Dans le meilleur des équilibres…quand la vie ne met pas trop d’entraves ,certains réussissent un habile mélange des deux.

Ainsi donc “planif”  et instinct dans un mélange quasi harmonieux s’amalgament…non pas sans y perdre quand même …un peu de la passion comme prix a payer.

Pourtant …

parfois….

——=——=——

Dérapage.

givre8

Fissure.

Malgré le froid….
Adrian resta figer devant les grandes portes de verre …
Il était comme en hyper conscience et perdu tout à la fois…
Derrière la porte aussi froide que l’hiver…
Les vies s’échauffaient dans les excès autant qu’elles le pouvaient..
Mais en lui…juste la tempête….
Son cœur comme ivre de trop d’émotions…était prêt a vomir tout ce qu’il ne pouvait plus  accepter…

Il avait au moins pu la revoir…
Revoir ce regard qui depuis toujours l’avait troubler …peu importe ce qu’il y voyait..

Il avança dans la rue glacial sans même aller reprendre son manteau à l’intérieur.
sous son veston…le lin blanc de sa chemise se  glaçait sur son  dos..

Il gelait …autant en lui qu’a l’extérieur de lui ….
comme si le givre partait de son cœur pour aller lui geler les os…et finir en un frimas cassant sur sa peau…
exactement comme les racines s’échappant de la terre qui s’étendent envahissantes et courantes sur le sol…
le laissant prisonnier…fragiliser…près a se casser a tout moment au moindre choc…
Son corps et son âme  devenait  un jardin de givre…

Il boutonna son trop léger veston et se rendit d’un  pas lourd vers l’abribus le plus près qui l’appelait de ces panneaux publicitaires lumineux et criards..

Il se laissa choir sur le banc…
et fixa les phares des quelques rares voiture qui arpentait encore le boulevard…

il sorti de sa poche une cigarette qu’il alluma..et en respira une profonde bouffée….puis il sorti une flasque de sa poche…il espérait ne plus sentir le froid…ni du dehors…ni du dedans…
la chaleur de l’alcool coula dans sa gorge en embrumant un peu son cerveau…

il était ailleurs..un endroit qu’il connaissait que trop bien…
Il était  en d’autre temps…
avant tout ca…
avant l’hiver de sa vie…

avant la fin…

tout tourbillonnait en sa tête…
il savait que ce qu’il aimait le plus venait de disparaitre avec l’ ombre en fuite qui c’était évanouie au coin de la  rue qu’il fixait maintenant sans plus vraiment voir….

il ne pourrait plus vivre sans elle…il le savait depuis le tout premier jour…

Il y a quelque temps encore …il se croyait pourtant installer dans un bonheur tellement heureux qu’il le croyait incassable…

Adrian ferma les yeux…
Il s’obligea a revivre encore en boucle ces moments heureux..
C’était la seule chose qui le tenait encore debout …
Rêver sa vie d’avant en attendant que l’alcool l’achève et qu’il ne sente enfin plus rien…

Enfin libéré de cette douleur au fond de lui …enfin libéré par le  vide …

Chaque jour de sa vie se déroulait désormais  sous l’anesthésie des vapeurs d’alcool…

Il déconnectait avec la réalité pour retrouver ses souvenirs…il aimait la revoir si  …rayonnante…il en avait le besoin viscéral…

c’était avant que n’apparaisse cette trop profonde tristesse dans ses yeux…Cette tristesse … comme une blessure…


cette tristesse que son cœur d’homme n’avait pu supporter de voir dans les yeux de celle qu’il aimait..
il en restait marquer aussi cruellement qu’une marque  au fer rouge qui refuserait de cicatrisé…

Il avala une autre gorgée…alluma une autre cigarette…

homme-elegant-276x200_thumb

Et se laissa couler vers hier…
il aimait le parfum des jours "d’avant".. des jours meilleurs…

Une époque qui avait pris naissance ici…dans ce bar ….cinq ans auparavant…

…. sous ses paupières fermées…frigorifié …c’est  seul dans un abribus trop violemment éclairé  qu’il “revivait” de ses souvenirs ….et  ….dans l’expiration  brumeuse et alcoolisée…on pu l’entendre appeler comme  un appel au secours….

….Sofia…

Une appel au secours qui revenait à chaque nuit qui s’étendait sur la ville…

741169933

 

6a00d834518cb469e200e554e925998834-800wi

Sorcière

8 Réponses

  1. Loud and proud !!!! C’est l’expression qui me vient spontanément… Loud and proud tant on ressent l’intensité… On se sent imprégné d’un aura à la fois lourd, mystérieux, subjugant… Je trouve ça fort ta manière d’instaurer un tel climat d’intensité. Ta mise en situation est captivante. On est appâter…alors ne nou slaisse pas languir!!!!!! Tu as jeter l’os dans la cour… on en veut plus!
    Subjugant comme tu instaures tes personnages et ton intrigue. Tes personnages ont tant de présence, de prestance. La souffrance de Adrian est palpable… Je crains ce qu’il arrivera à faire. Tu as semé le doute. On craint le pire. En même tant que je le redoute, je ne sais lui être indifférent. Il me touche. Pourtant il me fait peur….
    Ton texte est percutant.

    J’aime beaucoup cette série.

    Sincèrement,
    Kleaude xxx

    11 janvier 2013 à 7:29

  2. Cette histoire me touche si profondément, me blesse même par cette souffrance qui éveille un écho en moi. Ordinaire ? Rien ne l’est chez toi…

    11 janvier 2013 à 9:15

  3. Moi aussi cette partie de l’histoire me touche au coeur , les mots mais aussi les images elles sont celles de certaines blessures , des blessures qui malgré les années passées ne cicatrisent jamais complètement …
    ils sont si vivants les personnages , ici je revis des instants de froid jusque dans mes os ,
    des instants ou même l’alcool ne saoule plus , il y a des pertes que nous avons tellement peur de pleurer tant nous craingnons de nous y noyer .
    moi aussi ici j’ai peur … je reviens a ces images elles sont tellement affolantes elles ont en moi la vision d’une immense douleur et de la souffrance intense ,
    J’en reviens encore avec on lit aussi avec des partis de notre vécu,
    amitié
    Jeanne

    11 janvier 2013 à 11:41

  4. Colmatons les fissures
    Bon WE Bises
    http://mouetterose.wordpress.com/

    12 janvier 2013 à 6:55

  5. Jak dużo szczelin mamy w naszych sercach,pozostają blizny a my dalej żyjemy—–piękny post——very nice wekend;-)

    12 janvier 2013 à 11:33

  6. Magnifique ….subliminal ….Tant d’émotions racontées…vécues…
    Un coeur meurtri par la douleur du passé …
    J’entre dans l’histoire …Je me sens comme une intruse devant cette trop lourde peine …
    Ta musique et tes mots me transportent et me paralysent presque …
    Je me mets dans sa peau …grâce à ta plume si habile à nous y inviter ….

    Merci Diane ….
    Bravo pour ce 2e volet ….

    À bientôt pour la suite ….
    Bravo …Bon weekend !

    Tendresse
    Manouchka

    12 janvier 2013 à 5:19

  7. que de personnes sont assises sur le bas côté de la vie ,survivant car ils n ont plus d’espérance malheureusement

    17 janvier 2013 à 8:40

  8. pas si ordinaire que ça ton histoire tout compte fait
    mais d’une véritable écriture venant de toi ça c’est sûr !
    bisouilles vers toi Diane

    21 janvier 2013 à 3:49

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s