Portée par le vent…

Il….a aussi son histoire. (musique..;-))

 

Il est revenu sous son parapluie ….

Mais le violoncelle est muet…

Laissant toute la place à  la complainte de la pluie tambourinant la toile tendu de son parapluie …..

Ce temps lourd de nostalgie  l’oblige à entrer en lui-même …..

et à refaire encore et encore…. pas après pas ….. son lourd trajet …

6cd8997c

………………………………………………………………………………………………

Comme mon père l’avait prévu…

Je suis aller à l’université….

Mon père m’offrait sur un plateau un poste dans sa firme…

il caressait ce rêve  depuis ma naissance..

J’y suis aller à reculons… ayant du mal à le regarder en face…

La colère et la peine m’habitait…

Je me suis senti acheté…

Je me suis senti …vendu ……

J’ai perdu avec ton départ …

tout estime que j’avais de moi-même .

.

.

Comme on l’attendait de moi…Je me suis marier….

La pression était forte…et tout me laissait indifférent dorénavant…. tu était parti…

et on me le répétait sans cesse… …on se  devait de taire les ragots au village…

Je culpabilisais…je m’en voulais …quoique je fasse…je n’avait que des regrets et l’amertume…

.

.

.

J’ai voulu tuer autant que j’ai voulu mourir….

À chaque fois que dans le magasin général on murmurait ton nom….

Car dorénavant au village …on ne fait que murmurer ton nom …

Alors que moi j’ai envie de le crier….

Je n’était bien qu’au pied de notre arbre…

J’y rêvait des jours entier…

On commençait  a dire que j’était  un peu fou…

.

. 

J’ai pas tenu…

Me suis rebeller contre tout…j’ai tout quitter …femme et boulot…

Quand j’ai laisse le cabinet du paternel …

J’ai vu la honte  dans les yeux de mon père ….il m’a hais profondément…

et je le haïssais tout autant d’avoir fais sortir de moi l’horreur plus que la beauté…

je le détestais …mais moins que je me haïssait moi-même …

tant pis…je vivrai avec….je ne pouvais plus faire semblant..….

.

.

.

Nous étions  si jeune…

Si j’avais pu savoir  ce matin là…

Je serais jamais parti sans toi…

Mais déjà le lendemain tu avait disparue….

J’ai cru comprendre qu’on t’avais envoyer a Montréal…

Je t’y ai tant chercher…

Mais on as pris soin de ne pas me laisser de trace …

J’ai finit par me faire a l’idée… mais pas à oublier…

Le temps passait…

Surement tu m’avais oublier ….

Je l’espérais…

presque ….

J’ai eu peur de l’image que tu t’était faite de moi …

Peur que tu me haïsse comme je me haïssait moi-même…

Peur que tu me voit comme un lâche …. ce que j’était au fond…

Je ne veut plus croisé les miroirs…

.

.

J’ai espéré que tu sois heureuse…

Puis pleurer sur ce bonheur que peut-être tu avais sans moi ….

J’ai refait le passer cent fois …à l’envers comme à l’endroit …à jongler… …

Inutilement…

Mais ca me permet de rêver ….de me sentir près de ce que nous avions étés..

Et parfois…de très courts instants…j’oubliais que pour le soi-disant honneur …

J’avais perdu mon intégrité…mais surtout toi mon amour…

.

.

Chaque soir je me demande ce que tu es devenue…

J’oublierai jamais les larmes au fond de tes yeux ….

Chaque soir je me demande si je suis père…

Un garçon ? Une fille ?

On oublie trop souvent qu’a chaque grossesse nait aussi un cœur de père …..

J’ai rejoins la grande ville…

Seul…

Et chaque soir je pleure de ce qu’est ma vie….

Caché…bien-sur…ce sont les larmes de la honte…

Mais moi…la seule chose donc j’ai  honte…

C’est de t’avoir abandonné…

Mais un homme ne dois pas ressentir ces choses…

On attend de moi…

Le silence …

Et que je  fonde un foyer dit "honorable" ….

L’Amour n’est pas une affaire d’homme…

Mais j’arrive pas a arrêter de t’aimer ….

J’erre plus que je ne vit…

De boulot en boulot …

Me lessivant parfois au fond d’une taverne….

Je subsiste….

Seule consolation…

Des airs de violoncelle provenant d’une fenêtre…

Ou je me permet d’aller rêver de toi….

Mais ce violoncelle est trop triste …

Tes airs à toi étaient plus heureux…

Mais la tristesse me conviens…elle me colle a la  peau …

et le son grave du violoncelle me ramène à toi ….

Y as une promesse que j’ai tenue…

…la vie me l’a imposé cette promesse…

Mais Jeanne comme promis…..je t’aime tout les matins du reste de ma vie …..

…………………………………………………

18964956-difficultes-a-venir-concept-d-affaires-avec-le-parapluie-debout-sous-la-pluie

                                                                                                        Sorcière 

19 Réponses

  1. Bouleversant…. si émouvant….Une histoire à pleurer…..quel beau talent tu as….Chacun de tes mots est un coup d’archet qui fait vibrer l’âme de criantes émotions.
    Je m’incline bien bas Sorcière pour saluer ton talent. Ton texte est beau..si beau….
    La chanson que tu as mis pour accompagner ton texte me touche beaucoup aussi.
    Sincèrement
    Kleaude xxx

    30 novembre 2014 à 5:29

  2. Et je m’incline bien bas pour te remercier de tes mots si touchants…..

    Je t’embrasse tendrement..

    30 novembre 2014 à 8:08

  3. Bouleversante cette suite …
    J’aime la présentation de ton personnage …on ne peut faire autrement que s’attacher à lui…le comprendre …vouloir le consoler …lui dire de continuer à espérer …
    Tant d’émotions qui coulent comme la pluie sur le dos de son parapluie…
    Et qui ont d’abord coulé jusqu’ à ton encrier où ta plume nous les partage comme un cadeau …Bravo pour tout et pour ton choix de chanson …J’adore Luc de Larochelière…et le ton se sa voix dans cette pièce, se prête bien à la nostalgie d’ensemble …!

    Sincère amitié
    Manouchka

    30 novembre 2014 à 11:58

    • Merci belle Manouchka..
      Je suis heureuse de cette compassion que tu éprouve a son égard….

      et heureuse que tu aime cette magnifique piece de Luc de LaRocheliere…

      Ta visite est un si beau plaisir…

      Amitié…

      6 décembre 2014 à 9:10

  4. La même histoire, vue du côté de l’homme… si émouvante et bouleversante car si on pouvait le prendre pour un traitre, c’est surtout lui-même qu’il a trahi et porte le poids de ses remords qui déchirent son âme.
    Et il continue à honorer sa promesse. Merci, Sorcière, c’est si beau…. j’espère une suite

    30 novembre 2014 à 5:53

    • Bonsoir Élisabeth…oui…tu as parfaitement raison …il portera ses remords…
      et cette promesse tenue au fond de lui …;-)

      a bientot….
      Amitié

      6 décembre 2014 à 9:13

  5. et avant c’était comme cela il fallait suivre les ordres du père, reprendre l’affaire, se marier avec qq qu’on n’avait pas choisi, une vie bien dure

    30 novembre 2014 à 6:38

    • Bonsoir Flipperine …C’est vrai …la vie était bien dur….le père avait autorité..qu’il aie tord ou raison…

      Ta visite est un plaisir….

      A tres vite…

      6 décembre 2014 à 9:15

  6. Il y a de ces textes si profonds qu’ils nous font vibrer…. celui-ci est un de ceux-là…. En fait ta série culmine de texte en texte. Puissant comme écriture.

    Sincèrement
    Kleaude xxx

    1 décembre 2014 à 9:30

    • Je suis si heureuse que tu apprécient cette série…et touchée…

      Merci de tes mots si apprécier…

      xxx

      6 décembre 2014 à 9:17

  7. Une histoire très touchante par le flot d’émotions qu’elle véhicule. Cet homme, on si attache, on compatit même à sa douleur, parce qu’il a été lui-même victime. Et combien on peut l’être d’ailleurs sous l’emprise parentale.
    Un très beau roman se tisse peu à peu, sous une plume qui enchante.
    Merci pour ce fort moment de lecture, j’adore.
    Bon mois de décembre à toi, avec le meilleur.
    Bisous de cœur ♥

    2 décembre 2014 à 8:25

    • Bonsoir Lucia…

      Je suis heureuse de cet attachement vis-à-vis de lui…lui aussi victime….

      C’est un beau plaisir que de recevoir ta visite…

      A bientot…
      Amitié et tendresse…

      6 décembre 2014 à 9:20

  8. tu sais nous toucher avec tes histoires Diane et là encore tu fais mouche !!! cela faisait un tit bout de temps que j’t’avais lu, le temps manque cruellement de temps pour nous laisser faire ce que l’on veut quand on veut !
    je t’embrasse très chère

    3 décembre 2014 à 1:39

  9. Bonsoir Gael…

    Quelle charmante visite !!!

    oui…le temps …il nous fait la vie dure parfois…

    mais c’est toujours un plaisir que de te recevoir ici…

    a une prochaine fois Gael…!

    6 décembre 2014 à 9:24

  10. Pourquoi n’y a t-il de beauté que dans la tristesse, car tout deux n’existe que dans le coeur

    7 décembre 2014 à 12:30

    • Bonsoir Adrian !!!

      C’est un plaisir de te revoir…!
      Tu a ré-ouvert ta page…?

      A bientôt j’espère …
      Amitié

      12 décembre 2014 à 11:27

  11. existent*

    7 décembre 2014 à 12:30

  12. J’ai aimé te lire comme on lit un livre avide de connaître la suite. Tellement d’émotions! Si bien écrit et prenant que le lecteur se laisse emporter. Merci d’avoir visité mon blog. Je suis contente d’avoir visité le tien.

    Amitiés

    4 avril 2015 à 10:14

  13. dur dur! mais si bien posé sur la toile ces rendez vous manqués…merci de nous faire partager:)

    10 juillet 2015 à 3:35

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s